Dessin et graphisme

Vaste sujet du moment, la miss s’entraîne énormément avec ses jeux de motricité fine et le résultat se fait sentir  sur le papier !
J’ai bien conscience que la route est longue et sinueuse, et j’essaye de ne pas accentuer sa dyssynchronie.

Pour mes lecteurs qui ne connaissent pas, la dyssynchronie peut s’exprimer à travers un décalage entre:

-intelligence et psychomotricité

-intelligence et affectivité

Je parle du premier couple dans cet article. Un enfant qui peut compter dénombrer jusqu’à 100 mais n’arrive pas à écrire les chiffres correctement, ou un enfant qui sait lire mais pas écrire… cela peut être assez dérangeant et frustrant pour lui, au quotidien.

Continue reading Dessin et graphisme

Aider son enfant à se concentrer dans l’apprentissage

Aujourd’hui je tente d’écrire un article sur la concentration, ou plutôt comment j’aide ma fille à apprendre à se concentrer. Ce n’est pas une recette, mais un article personnel.

Déjà, il faut savoir distinguer concentration immédiate (je choisis dans le frigo ce que je vais manger) et  concentration prolongée (celle dont nous avons besoin pour apprendre).

concentration

Ensuite, il faut avoir en tête, ce qu’on peut lire un peu partout:
De 3 ans à 6 ans : 10 min pour une explication, 20 min pour un exercice

Pour finir, la concentration varie en fonction du type d’intelligence qui est stimulée:

-intelligence kinesthésique (agilité, coordination…)
-intelligence interpersonnelle (compréhension des autres, faculté à établir des relations)
-intelligence intrapersonnelle (capacité à se comprendre et se connaître)
-intelligence logique et mathématique (logique, calcul mental)
-intelligence spatiale (orientation dans l’espace)
-intelligence musicale (sens du rythme et harmonie)
-intelligence linguistique (langage et communication)
-intelligence naturaliste (observation, classification de la nature sous toutes ses formes)

Donc déjà, à ce stade, nous pouvons se poser et observer son enfant.

Continue reading Aider son enfant à se concentrer dans l’apprentissage

Notre fonctionnement pour l’instruction: périodes sensibles et apprentissage

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de notre manière de fonctionner dans l’instruction en famille, avec un enfant en bas âge (mais je pense que cela peut être généralisé).

Tout d’abord une définition des périodes sensibles (source Wikipedia):
« Les périodes sensibles de l’enfant sont dans la pédagogie Montessori des phases durant lesquelles celui-ci fait preuve d’une attention particulière à des objets ou des activités, ce qui lui permet de développer des aptitudes ou des caractères précis.
(…)
Ces périodes sensibles s’apparentent à des moments fugitifs d’un besoin qu’a l’enfant de satisfaire sa curiosité naturelle et où l’assimilation des aptitudes est facilitée, selon Maria Montessori, mais elles se dissipent progressivement si l’environnement de l’enfant ne contient pas l’objet de sa curiosité »

J’ai la chance de pouvoir garder ma fille à la maison et d’être un témoin privilégié dans l’acquisition de ses apprentissages.

Chez ma fille, j’ai toujours noté un fort intérêt suivi d’une régression, puis d’une explosion d’acquisitions.
Par exemple, elle s’est mise debout vers 7 mois et demi, puis vers 11 mois s’est remise à ramper quelques jours avant de marcher seule du jour au lendemain.

Chez nous, la régression est un signe précurseur d’une période de forte acquisition.

appr

Continue reading Notre fonctionnement pour l’instruction: périodes sensibles et apprentissage